Suite d’éclats, Felice Varini, 2013

Mission | COMMISSARIAT D’EXPOSITION

  • Suites d’éclats, Felice Varini, photo André Morin

SUITE D’ECLATS, Felice Varini, 2013

En 2006, Felice Varini découvre le port de Saint-Nazaire et ses perspectives cinématographiques de bassins et de bâtiments industriels. C’est dans ce fantastique terrain de jeu qu’il va réaliser la plus grande œuvre qu’il ait jamais faite jusque là. Il réussit à cette occasion un autre tour de force, symbolique celui là : il fait se retourner à 180 degrés le regard des visiteurs de cette terrasse panoramique qui jusque là ne se posait que sur le paysage – certes fascinant – de la rencontre de la Loire avec l’Atlantique ; le port, activité historique de Saint–Nazaire, était d’un coup révélé.

Felice Varini développe un art de l’in situ, il agit en sa qualité d’artiste sur la réalité physique d’un paysage, d’une architecture. Dès ses débuts, il s’est affranchi du cadre de la peinture pour la développer dans l’espace. Paradoxalement, il met à jour le caractère fondamentalement bidimensionnel de la peinture puisque vue d’un point très précis, les fragments peints dans l’espace s’assemblent pour former une géométrie parfaite qui s’impose au regard. En dehors de ce point de vue, c’est l’éclatement de la figure, les volumes de l’espace reprennent le dessus.

Proposer ce type d’exposition à Felice Varini, c’est donc lui proposer une architecture qui lui permette de « rejouer » des œuvres qui ont particulièrement compté dans son parcours, agencer la HAB Galerie en autant d’espaces que d’œuvres. Des premières de 1979 à celles qu’il a développées tout récemment, de ses œuvres peintes à son travail photographique ou au fusain, l’exposition prend la forme d’un parcours labyrinthique dans l’œuvre de l’artiste. « Suite d’éclats » en est l’image : une appréhension autant physique que mentale des points de rencontre entre l’espace, la forme et la couleur.

L’exposition « Suite d’éclats » se compose d’une vingtaine d’œuvres, et se prolonge à Nantes sur la façade du Hangar à Bananes, dans les cryptes de la Cathédrale, et aux Galeries Lafayette dans le cadre de Vitrines sur l’art.